îles Vierges britannique

Soutenir le développement de l’efficacité énergétique dans les pays de l’OECO

EXPERTISE : , Politiques et cadres institutionnels et réglementaires
SECTEUR : , Commercial, Public

client

Banque mondiale

description du projet

Dans les pays des Caraïbes, l’un des principaux problèmes du secteur des infrastructures électriques réside dans la prestation des services, autant sur le plan de l’abordabilité que de la viabilité financière. L’efficacité énergétique étant un concept peu développé, les économies potentielles sont considérables au chapitre de la demande.

Pour renforcer le secteur de l’électricité en général, les États membres de l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) ont décidé d’en resserrer le cadre réglementaire. Or, le faire individuellement ne serait pas financièrement viable. C’est pourquoi la Latin America and Caribbean Region’s Energy Unit (LCSEG) de la BM appuie une stratégie collective prévoyant la mise sur pied d’une entité régionale en matière d’électricité, l’Eastern Caribbean Energy Regulatory Authority (ECERA). L’ECERA aurait pour but de surveiller et de réglementer de façon indépendante les fournisseurs d’électricité afin de rentabiliser l’approvisionnement en électricité. La création de l’ECERA devrait stimuler et améliorer la coopération régionale, maximiser les économies d’échelle dans la réglementation du secteur de l’électricité et permette d’utiliser plus efficacement les rares ressources humaines qualifiées.

 

 

 

faits saillants

Econoler a été mandatée par la BM pour préparer un document sur les changements réglementaires potentiels et les structures commerciales susceptibles d’inciter les différents pays de l’OECO (et principalement la Grenade et Sainte-Lucie) à élaborer et à mettre en place des initiatives d’efficacité énergétique en utilisant les fournisseurs d’électricité nationaux comme principaux moteurs de mise en œuvre.

Dans le cadre de ce projet, Econoler a entrepris deux grandes activités consistant à élaborer deux modèles commerciaux, la première comportait les étapes suivantes :

  • Étudier le marché de l’efficacité énergétique et les obstacles associés à la région.
  • Déterminer les secteurs du marché les plus énergivores en électricité, dont les bâtiments publics, les hôtels, les immeubles commerciaux, les appareils d’éclairage publics et les installations industrielles.
  • Proposer deux stratégies de mise en œuvre des modèles commerciaux pour les différents secteurs du marché, la première faisant appel aux entreprises de services énergétiques des fournisseurs, et la seconde étant basée sur l’installation directe.
  • Déterminer les risques associés aux modèles commerciaux et les mesures d’atténuation correspondantes.
  • Définir le rôle et les responsabilités des parties prenantes dans l’élaboration des modèles commerciaux.

Liée au cadre réglementaire, la deuxième grande activité comprenait les étapes suivantes :

  • Étudier le contexte et le cadre réglementaire actuel du marché de l’électricité, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.
  • Proposer des changements réglementaires touchant :
    • les obligations des fournisseurs d’électricité publics et privés;
    • les services et les bâtiments publics (règles d’approvisionnement);
    • la création d’incitations fiscales.
    • Déterminer le rôle et les responsabilités des organisations concernées, y compris l’ECERA.

Le document préparé servira de source d’information pour les consultations menées par la BM auprès des pays de l’OECO au sujet de l’élaboration d’une stratégie visant à rendre plus efficace l’utilisation de l’énergie. Il pourrait également aider l’ECERA à élaborer des règlements, en tant qu’autorité de réglementation régionale de l’énergie, ce qui favoriserait l’adoption d’une approche viable convenant aux différents pays de la région.

Retour à la recherche