Combiner une gestion de l’offre et de la demande afin de réduire la dépendance aux énergies fossiles dans les Caraïbes

À la suite des impacts récemment observés dans la région des Caraïbes après le passage de l’ouragan Irma, la question sur la vulnérabilité des petits États insulaires face aux changements climatiques est particulièrement d’actualité. Ainsi, le thème de la résilience face aux changements climatiques est un véritable enjeu, d’autant plus que les pays qui composent la région des Caraïbes dépendent fortement de l’importation de combustibles fossiles, ce qui entraîne une forte vulnérabilité aux fluctuations du prix du pétrole. C’est dans ce contexte qu’Econoler a élaboré une stratégie d’adaptation aux changements climatiques de même qu’un programme d’énergies durables par le Caribbean Electric Utility Services Corporation (CARILEC), avec le financement de la Banque interaméricaine de développement (BID).

Row of colorful houses in central Granada, Nicaragua.

La récente dévastation causée par les ouragans dans les Caraïbes a démontré l’urgence d’agir pour rendre ces petits États insulaires plus résilients aux changements climatiques.

 

Les évaluations menées ont confirmé que les entreprises de production d’électricité des pays ciblés doivent impérativement diversifier leurs activités d’approvisionnement pour éviter les risques associés aux futures hausses de prix des combustibles fossiles. Le projet a permis de développer un plan de gestion de l’offre, de cerner les opportunités d’investissement et de mettre en place une stratégie de déploiement de technologies telles que les réseaux électriques intelligents (smart-grid). Il s’agit d’une technologie numérique permettant une communication bidirectionnelle entre les utilités et les clients, et ainsi une gestion plus efficace du réseau électrique en ajustant le flux d’électricité en temps réel.

De plus, ces évaluations ont souligné la nécessité d’encourager l’efficacité du côté de la demande pour améliorer la fiabilité du réseau électrique. La gestion axée sur la demande permet en effet une réduction des fluctuations importantes de la charge sur les lignes électriques, il s’agit de l’alternative la plus rentable pour les utilités étudiées. Elle permet à ces dernières de limiter la hausse de la demande et d’éliminer le besoin d’effectuer de nouveaux investissements structurels, ou du moins de retarder la nécessité de tels investissements pendant plusieurs années. Cette solution non seulement permettrait aux utilités de réduire de 10 à 23,4 % la consommation énergétique totale dans certains pays, mais générerait également de nombreux avantages financiers.

Une combinaison de la gestion de l’offre et de la demande est une stratégie avantageuse pour atteindre les meilleurs résultats en ce qui a trait à l’adaptation aux changements climatiques ainsi qu’à leur atténuation dans les pays étudiés.

Retour aux nouvelles