Canada

Validation de la quantification des réductions des GES et préparation d’un plan de surveillance des infrastructures aéroportuaires de l’aéroport de Québec

EXPERTISE : /Évaluation
SECTEUR : , Transport

Client

Aéroport de Québec inc.

Description du projet

Aéroport de Québec inc. souhaitait moderniser et électrifier les systèmes de conditionnement de l’air aux postes de stationnement des avions à l’aéroport Jean-Lesage, par lequel transitent près de 116 038 passagers chaque année. Le conditionnement de l’air dans les aéronefs en attente au sol est actuellement assuré par le moteur installé dans la queue (Auxiliary Power Unit generator) qui consomme le kérosène JET A-1 des réservoirs de l’appareil. Aéroport de Québec inc. a sollicité l’aide d’Econoler pour l’appuyer dans l’analyse indépendante du calcul des réductions d’émissions de gaz à effet de serre (GES) annuelles réalisé par le fournisseur des nouveaux appareils électriques pour l’ensemble des appareils qui seront installés. Cette analyse avait pour but de valider le montant de subvention au programme d’aide gouvernementale à l’amélioration de l’efficacité du transport maritime, aérien et ferroviaire (PETMAF) offerte par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Faits saillants

Pour cette analyse, Econoler s’est inspirée des spécifications et des lignes directrices de la norme ISO  14064-2:2006 – Partie 2 : Spécifications et lignes directrices, en ce qui a trait aux projets, pour la quantification, la surveillance et la déclaration des réductions d’émissions ou d’accroissements de suppressions des gaz à effet de serre.

Plus précisément, le mandat consistait à :

  • Passer en revue les systèmes de conditionnement de l’air actuels et leurs caractéristiques techniques, ainsi que les systèmes de remplacement prévus;
  • Valider les heures de fonctionnement des anciens systèmes;
  • Quantifier la réduction des émissions de GES;
  • Vérifier et documenter les données de la période de référence, les hypothèses de calcul et les résultats dans un rapport de validation de quantification qui respecte les exigences de la norme ISO 14064, c’est-à-dire :
    • description du projet;
    • sélection et justification du scénario de référence (heures de fonctionnement des appareils en mode chauffage et en mode refroidissement, rendement des appareils, etc.);
    • sources, puits et réservoirs compris dans la quantification;
    • calcul de la réduction des émissions de GES.
  • Élaborer un plan de surveillance.

Econoler estime que le projet de modernisation et d’électrification des systèmes de conditionnement de l’air d’Aéroport de Québec inc. permettra de réduire les émissions de GES de 4 455 teq CO2 par année comparativement à la situation de référence. Ce projet permet également aux compagnies aériennes de réaliser des économies de coût de carburant de l’ordre de 100 000 $ à 300 000 $ par année par aéronef.

Les projets d’efficacité énergétique visés par le mandat concernaient majoritairement :

  • Des entreprises du secteur privé ayant des particularités sectorielles et régionales de même que des tailles diverses.
  • Des bâtiments du secteur privé, des usines et le transport terrestre (excluant toutefois le transport ferroviaire).

Pour ce mandat, Econoler a réalisé les activités suivantes :

  • Déterminer les barrières au financement des projets d’efficacité énergétique et de substitution énergétique ainsi qu’aux mécanismes de financement pouvant éliminer ces barrières.
  • Répertorier, s’il y a lieu, les mécanismes de financement déjà existants au Québec et pouvant contribuer à l’expansion de ce marché.
  • Mettre en place un processus de consultation avec la clientèle visée et les intervenants du milieu (institutions financières, entreprises de services éconergétiques, etc.) pour connaître leurs besoins et valider avec eux la pertinence d’élaborer des mécanismes de financement visant à soutenir et à augmenter le nombre de mises en œuvre de ces projets.
  • Déterminer les interventions les plus appropriées pour la mise en œuvre des mécanismes de financement en fonction des résultats des consultations et des objectifs gouvernementaux.
  • Élaborer différents concepts préliminaires de mécanismes de financement précisant les répercussions à prévoir sur le marché.
  • Évaluer quels seraient les meilleurs structures et acteurs pour mettre en œuvre ces mécanismes.

Pour conclure ces travaux, Econoler a émis des recommandations tenant compte :

  • de la vision du gouvernement du Québec en ce qui a trait à la transition énergétique amorcée.
  • des objectifs et des réalités budgétaires du gouvernement, dont l’atteinte des cibles d’équilibre budgétaire, la Politique énergétique 2030, ainsi que les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les recommandations d’Econoler ont été utiles pour les travaux interministériels sur la revue des programmes gouvernementaux et la mise en place de la nouvelle structure gouvernementale responsable de la transition énergétique afin de prendre la décision de poursuivre ou pas la conception et la mise en œuvre des nouveaux mécanismes de financement adaptés visant à appuyer la mise en place des projets d’efficacité énergétique et de substitution énergétique dans le marché.

Retour à la recherche