Croatie , Monténégro , Albanie , Arménie , Azerbaïdjan , Bosnie-Herzégovine , Géorgie , Moldavie , Macédoine , Serbie , Turquie , Ukraine , Kosovo

Étude du potentiel d’économies d’énergie de la machinerie et de l’équipement agricoles

EXPERTISE : , Mécanismes de financement
SECTEUR : , Services d’utilité publique

client

FIM- Finance in Motion GmbH

 

description du projet

Le Green for Growth Fund (GGF) de l’Europe du Sud-Est a commencé à offrir des lignes de crédit destinées aux projets liés aux mesures d’efficacité énergétique (EE) et d’énergies renouvelables (ER), dans l’est et le sud-est de l’Europe. Dans le but de promouvoir l’EE et de réduire les émissions de CO2, le GGF investit dans des fonds à long terme dédiés à l’EE et aux ER au sein d’institutions financières (IF). Celles-ci fournissent en retour des prêts à moyen et long terme aux petites et moyennes entreprises, aux ménages et aux municipalités. Les principaux critères d’admissibilité à ces prêts sont l’atteinte d’une moyenne minimale d’économies de 20 % en matière d’énergie primaire ou de CO2 dans le portefeuille de sous-prêts regroupés des IF, ainsi qu’une moyenne minimale de 15 % pour chaque projet.
Quelques mesures d’EE admissibles au financement grâce au GGF sont définies comme des mesures normalisées selon lesquelles les économies d’énergie primaire et de CO2 se fondent sur un scénario de référence défini et comparé en fonction de la consommation et des émissions types du nouvel équipement. Ces calculs sont effectués automatiquement par eSave, l’outil Web de suivi et de rapports du Fonds, qui permet au personnel des IF locales partenaires de vérifier rapidement l’admissibilité des investissements planifiés.
Compte tenu de l’importance des économies en matière d’agriculture dans la zone de l’Europe du Sud-Est ciblée par le Fonds et du haut potentiel estimé pour des investissements dans le domaine de l’EE, le GGF a lancé une étude pour établir les types de machinerie et d’équipement agricoles à être financés à titre de mesures d’EE normalisées.
En 2012 et 2013, Econoler a rempli un premier mandat visant à étudier cinq pays, soit la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine, la Moldavie, la Serbie et l’Ukraine. À la fin de 2013, Econoler s’est vu confier un deuxième mandat qui visait à étudier huit autres pays, soit l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Croatie, la Géorgie, le Kosovo, le Monténégro et la Turquie.

Un troisième mandat a été réalisé, début 2016, pour mettre à jour les bases de référence à la suite de l’évolution de la machinerie offerte sur le marché ainsi que les algorithmes de calcul associés.

faits saillants

L’étude visait à déterminer de nouvelles mesures d’EE normalisées pouvant être financées par le GGF. Econoler a évalué le potentiel d’économies d’énergie et de réduction des émissions de CO2 associées aux mesures d’EE proposées par le remplacement de l’équipement énergivore ou par l’ajout de nouvel équipement (dans les cas d’un potentiel d’économies élevé).
Les trois mandats ont été entamés par l’analyse de la documentation, des sondages et des entrevues des intervenants clés et par la collecte de données agricoles dans les pays visés. Ces données servaient à :

  • définir les types de machinerie et d’équipement agricoles les plus communs ayant le potentiel requis d’économies d’énergie et de réduction d’émissions de CO2;
  • évaluer le potentiel de normaliser les calculs d’économies.

Le deuxième mandat consistait à :

  • évaluer la pertinence des mesures définies au premier mandat et émettre les recommandations d’ajustement, le cas échéant;
  • évaluer la possibilité de mettre en œuvre d’autres mesures dans les huit pays concernés.

Le troisième mandat s’est concentré sur l’actualisation des lignes de base et sur la mise à jour des algorithmes de calcul.
Les mesures d’économies d’énergie ont été effectuées par la mise en place des types d’équipements suivants :

  • tracteurs à essieu simple ou tandem à rendement élevé, avec ou sans l’unité de commande électronique (ECU);
  • tracteurs avec arbres de prise de force (PTO) de 540E et 1000E;
  • tracteurs équipés de la technologie PowerBoost;
  • tracteurs avec transmission à variation continue;
  • tracteurs avec l’option d’économie d’énergie, tels qu’un attelage trois points à l’avant, un système de surveillance de la pression des pneus ou un GPS;
    remplacement de la machinerie aratoire classique par la machinerie de conservation du sol (travail au sol réduit, paillis, demi-largeur, ensemencement direct dans les sillons et les trous);
  • installation d’échangeurs de chaleur dans les fermes laitières;
  • remplacement des vieilles moissonneuses-batteuses par des nouvelles à haut rendement énergétique;
  • changement du système d’irrigation (système par aspersion en surface à système d’aspersion, système en surface à système goutte à goutte ou système d’aspersion à système goutte à goutte, ou encore remplacement de la pompe ou du moteur).

L’étude s’attardait finalement à la définition et au calcul des bases de référence pour le potentiel d’économies d’énergie des nouvelles mesures sélectionnées et permettait l’évaluation d’un potentiel global pour chaque mesure dans chacun des pays visés.

L’étude a confirmé l’admissibilité de toutes les mesures sélectionnées en tant que mesures normalisées du GGF puisqu’elles avaient le potentiel d’économiser plus de 22 % d’énergie primaire ou d’émissions de CO2.

 

Retour à la recherche