Ghana

Étude sur l’efficacité énergétique et élaboration d’un cadre réglementaire

EXPERTISE : /Codes du bâtiment
SECTEUR : , Commercial, Public

client

AfDB The African development Bank

description du projet

En phase avec la mise en œuvre du projet Énergie durable pour tous (SE4ALL) en Afrique, le Centre financier et Réseau des technologies climatiques a accepté une demande de la Commission de l’énergie du Ghana portant sur l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les bâtiments commerciaux et publics au Ghana. La construction d’édifices commerciaux de grande hauteur connaît une croissance rapide, et c’est pourquoi la conception et la construction de bâtiments écoénergétiques constituent d’excellentes occasions d’améliorer l’efficacité énergétique.
Econoler a été mandatée par la Banque africaine de développement (BAD) pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et réduire les émissions de gaz à effet de serre par le biais d’études énergétiques, de normes et réglementations, de la sensibilisation du public et du renforcement des capacités. Les objectifs du projet sont résumés ci-après :
  • Mener des audits énergétiques dans les bâtiments commerciaux et publics sélectionnés afin de déterminer le profil et les niveaux de consommation d’énergie;
  • Établir des normes et réglementations pour ces bâtiments à l’aide des renseignements recueillis sur leur consommation d’énergie;
  • Donner une formation de 5 jours sur l’efficacité énergétique, dont les audits énergétiques

FAITS SAILLANTS

Ce projet de recherche et développement comprenait deux activités. L’activité 1 consistait à réaliser des audits énergétiques dans les bâtiments publics et commerciaux, et à donner des séances de formation sur l’efficacité énergétique. L’activité 2 consistait à établir des normes et réglementations en matière d’efficacité énergétique pour ces bâtiments.
Deux experts locaux en énergie d’Econoler ont renseigné nos experts internationaux sur le contexte local et les ont aussi assistés lors d’audits énergétiques, d’entretiens, de formations et d’ateliers avec des acteurs de premier plan à l’échelle nationale.
L’activité 1 visait à déterminer les pratiques, les matériaux et les systèmes électriques actuellement utilisés dans le secteur de la construction, et à établir le profil et les niveaux de consommation d’énergie des bâtiments commerciaux et publics.

Tâches principales :

  • Collecte de données :
    • réaliser 30 audits énergétiques, notamment dans les bâtiments publics et commerciaux, et sur des chantiers de construction;
    • réaliser 10 à 15 entretiens avec des acteurs locaux (professionnels, détaillants et distributeurs) du secteur de la construction;
  • Analyse de données :
    • analyser les données recueillies lors d’audits et d’entretiens afin de dégager les principales mesures des bâtiments et tendances en construction, et les principaux indicateurs de consommation d’énergie;
  • Ateliers de formation pour des chefs de file en matière d’efficacité énergétique :
    • sélectionner des participants potentiels (ministères, départements, organismes, autorités municipales et acteurs des secteurs de l’immobilier et de la construction);
    • choisir des sujets de formation (concepts et mesures les plus prometteuses dans le domaine de l’efficacité énergétique, pratiques exemplaires en matière de codes, de normes et de systèmes d’étiquetage liés à l’efficacité énergétique, méthodologies d’audits énergétiques et introduction à RETScreen).

L’activité 2 visait à établir des normes et réglementations en efficacité énergétique pour les bâtiments commerciaux et publics.

Tâches principales :

  • Établir des normes en efficacité énergétique et des instruments législatifs pour des parties de bâtiments commerciaux et publics :
    • réviser le cadre politique et réglementaire actuel de ces bâtiments lié à la promotion de l’efficacité énergétique;
    • déterminer les principaux obstacles à l’adoption d’un instrument législatif et réglementaire, et proposer des mesures pour les surmonter;
    • déterminer les types de bâtiments qui seront soumis aux normes;
    • réaliser une analyse du climat afin d’adapter les normes en conséquence;
    • discuter, avec les acteurs locaux, des approches d’évaluation de la conformité à privilégier pour faire respecter les normes;
    • effectuer une série de simulations de paramètres à l’aide d’un logiciel d’analyse de l’efficacité énergétique des bâtiments et définir des normes rentables à appliquer à différents modèles de bâtiments;
  • Établir un système d’étiquetage relatif à l’efficacité énergétique pour les bâtiments commerciaux et publics :
    • réviser l’expérience internationale et régionale en matière de systèmes d’étiquetage pour les bâtiments;
    • de concert avec les autorités locales responsables du projet, établir le format et le contenu appropriés;
  • Mener des consultations avec des acteurs locaux :
    • sélectionner des participants potentiels (ministères, départements, organismes, autorités municipales et acteurs des secteurs de l’immobilier et de la construction);
    • sélectionner des sujets de discussion précis (méthodologie du projet, découvertes majeures quant aux pratiques courantes en construction et au profil de consommation d’énergie, éventuelles approches législatives et normes pour promouvoir l’efficacité énergétique dans les bâtiments, instruments législatifs et normes proposés en matière d’efficacité énergétique, révision des étiquettes de bâtiments existants et du design proposé, obstacles éventuels et recommandations).

En suivant les recommandations d’Econoler, la BAD est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de réduire de manière durable les émissions de gaz à effet de serre par l’application de normes et réglementations aux bâtiments commerciaux et publics du Ghana.

Retour à la recherche