Sri Lanka

Code en efficacité énergétique pour les bâtiments

EXPERTISE : , Politiques et cadres institutionnels et réglementaires
SECTEUR : , Public

Client

Ceylon Electricity Board (CEB)

Description du projet

Pour cet important projet visant l’introduction d’un code en efficacité énergétique pour les bâtiments au Sri Lanka, Econoler a collaboré avec la prestigieuse firme Lawrence Berkeley Laboratories et Infotech, une importante firme locale d’ingénierie et de gérance de projets.

Le mandat d’Econoler consistait à assister le CEB et le ministère de l’Urbanisme pour l’élaboration du code. Une structure organisationnelle et plusieurs postes de communication ont été établis entre les nombreux comités et cellules impliqués dans le processus de développement. Econoler a recommandé la création de plusieurs comités techniques spécialisés et autres comités de formation composés de membres de la communauté scientifique, de l’industrie de la construction, et du secteur de l’ingénierie. Ces comités devaient fournir des conseils et recommandations au comité national de direction sur la meilleure approche d’implantation du code.

La stratégie développée par ce comité était d’utiliser et d’adapter le code malaisien existant aux exigences du Sri Lanka. Econoler était responsable de la révision et de la comparaison du code malaisien avec la dernière version du code de bâtiments ASHRAE 90.1. Elle devait par la suite formuler des recommandations sur les modifications et améliorations à apporter à la structure de base du code malaisien pour des fins de discussion avec les comités techniques.

L’étape suivante du développement du code était de déterminer le niveau de performance à inclure dans chaque section de code basé sur la solidité économique des résultats. Pour ce faire, un établissement type a été sélectionné à Colombo et a été modelé pour servir de référence pour l’évaluation technico-économique des améliorations des diverses composantes du bâtiment. Durant ce processus, des données météorologiques types ont été obtenues à partir des données nationales.

Le code est ensuite passé par un processus de révision publique, où une formation en profondeur et une assistance technique, accompagnaient son introduction pour renforcer la capacité institutionnelle des différentes cellules gouvernementales, et pour leur permettre la prise en charge future du processus d’amélioration.

Finalement, une campagne de sensibilisation et un programme de compétition ont été mis sur pied pour susciter l’intérêt du public, des architectes, et des ingénieurs, sur le contenu et l’application du code.

 

 

 

Retour à la recherche